Sortie de notre album Coût d’état à Tamatave

Oye ! Oye !

Après Mégacomplots à Tananarive, le deuxième tome des aventures de Rémy et de sa bande est sorti. Coût d’état à Tamatave nous replonge dans les combines de Rémy pour échapper le toit familial sur fond de déstabilisation de la présidence de l’association des étudiants. 

10411865_10202548950381224_6237792030761459874_n

Un roman graphique de 94 pages, en couleur travaillé à quatre mains par Dwa et Pov. Il vous fera vadrouiller dans le milieu estudiantin de l’Université d’Antananarivo. Disponible chez les librairies en ligne et traditionnelles. Bonne lecture !

Bonne année 2014

Je me demande qui a enregistré la conversation…

My works on pov.toon Facebook page

La RSA en stand by

ImageUne banane en moins au régime de cette pauvre République des maux critiques de Madagascar. Le racket mené par l’Aviation civile de Madagascar et la société privée CSPI est mis en parenthèse. Déguisée en Redevance de sûreté aéronautique, cette extorsion de fonds à la va-vite auprès des passagers avant l’embarquement ($17 pour les vols internationaux et $2,5 pour les vols domestiques) a suscité l’indignation des voyageurs, des opérateurs touristiques, du simple citoyen et même au sein du gouvernement.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette suspension soit définitive et que tout autre projet visant à améliorer le service aéroportuaire soit opéré en toute transparence et en accord avec les procédés en vigueur.

On se demande tout de même si les personnes qui ont payé la RSA depuis sa mise en effet le 12 juin 2013 seront remboursées et comment. Sinon, qui est-ce qui va profiter de ce magot?

Hold up dans les aéroports de Madagascar!

Attention à tous ceux qui voyagent en avion à Madagascar. L’aviation civile de Madagascar (ACM) est en train de dépouiller illégalement mais impunément les voyageurs en leur réclamant de l’argent. Cette somme : USD 17 ou Ar 37.400 pour les vols internationaux et Ar 6000 pour les vols intérieurs est baptisée redevance de sureté aéronautique (RSA). Elle doit être réglée avant l’embarquement. L’ACM la justifie pour financer des travaux de modernisation de la sécurité dans les aéroports de Madagascar. Le projet a été confié à une société française appelée CSPI.

L’on rapporte que les patrons de l’ACM et de CSPI sont des acolytes et qu’ils ont déjà récolté un gros pactole en quelques journées d’opérations.

Le ministère de tutelle, après avoir contesté cette opération demeure inerte tandis que le petit kiosque construit en catimini à l’entrée de l’aéroport continue de ponctionner les portefeuilles des passagers sous la surveillance de trois gorilles français.

Cette mesure honteuse a été appliquée après avoir été annoncée sur une chaîne de télé la veille. Elle fait grogner non seulement les voyageurs – pris au dépourvu – mais également les personnels de l’aéroport. Des personnels navigants aux bagagistes en passant par les policiers, tous reconnaissent l’injustice dans les agissements du patron de l’ACM et de ses complices. Des douaniers se plaignent de l’arrogance des agents de CSPI qui, selon leurs dires agissent comme s’ils étaient leurs patrons. Ils m’ont confié que ces hommes du CSPI dispensent certains passagers français de cette infâme redevance.

Fini de rire

http://cartoons.arte.tv/pov-madagascar/

Extrait du documentaire « Fini de rire » réalisé par la chaîne Arte lors d’un rencontre de dessinateurs de presse à Montpellier en novembre 2012.

La transition impliquée dans du trafic d’armes



Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.