Retour à la case départ !

Le train dans lequel l’actuel maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina embarque le pays semble se diriger inexorablement – et à grande vitesse – vers la prochaine gare : le chaos. Mais il peut encore renverser la vapeur.

 

En incitant la foule à envahir les rues par des propos de plus en plus démagogiques (vendre l’avion présidentiel pour acheter de la nourriture pour les pauvres…), il replonge le pays dans un scénario plus ou moins semblable à celui de 2002, de 1991 ou encore de 1972. Des manifestations populaires pour venir à bout du régime.

 

On peut comprendre sa frustration, voire sa colère. Beaucoup de ses revendications sont légitimes. Mais il est en train de jeter le bébé avec l’eau du bain. Il balance par la fenêtre les acquis chèrement payés lors des précédentes luttes. A savoir, les principes de base d’une véritable démocratie.

 

 

Démocratie balbutiante

Il est vrai que Madagascar n’est pas à l’abri des dérives totalitaires de ses dirigeants. Et que, terre d’avenir, tout y reste à construire. Mais, à son rythme, la nation apprend à assimiler cette démocratie dont les occidentaux la gavent.

 

Andry Rajoelina, lui-même devenu maire par la voie des urnes devrait en être conscient. Quand bien même balbutiante, cette démocratie lui a permis de terrasser le Goliath qu’est le parti présidentiel. Quelle élégance !

 

Puis, mince ! Il trahit ce même principe qui l’a porté au pouvoir. Une cause à laquelle il semble pourtant être acquis. Ripostant aux rumeurs concernant sa destitution, n’a-t-il pas insisté qu’il fallait laisser le maire finir son mandat car c’est ainsi que la démocratie le veuille.

 

 

Se ressaisir et recentrer

Et aujourd’hui, par la voie de la rue, il exige un changement de gouvernement (l’opposition qui s’atèle à son train, le proclamant son leader, surenchérit en exigeant carrément le départ de toutes les institutions).

 

Il est temps qu’il se ressaisisse. Si le maire est de bonne foi, qu’il le prouve en recentrant ses exigences et surtout en revoyant ses moyens de contestations et de pressions. Assez des bêtises du genre exiger la prison à perpétuité pour celui qui a tiré – et tué – un de ses sympathisants comme condition au dialogue.

 

Qu’il n’agisse surtout pas tel que celui qu’il dénonce. C’est la leçon que Ravalomanana n’a pas apprise. C’est ce qu’il est en train de payer au propre comme au figuré, après ces émeutes.

0 Responses to “Retour à la case départ !”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Blog Stats

  • 82,049 hits
janvier 2009
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

%d blogueurs aiment cette page :