Une proposition parmi d’autres

« La victoire est proche » clame Andry Rajoelina tandis que le président Ravalomanana se retrouve de plus en plus isolé. « Sa » victoire sans doute car ce n’est certes pas la victoire de la nation malgache.

 

Ce qui se passe à Madagascar est tout simplement un coup d’Etat sous le nez et la barbe du monde entier. Les semaines de tergiversations et de pillages n’ont fait qu’accroître l’anarchie. Il en est résulté une confusion totale, parachevant une ambiance favorable au putsch.

 

Ceci dit, il semble que le président Ravalomanana, de plus en plus isolé, est sur le point de céder sa place. Les tractations semblent d’une part, concerner les conditions de ce départ. Il s’agit d’insérer cette sortie dans un cadre légal puisque la communauté internationale ne cautionne pas une prise de pouvoir par les rues.

 

Dans ce cas, la démission semble être le scénario le plus probable. En démissionnant, le président laisse le pouvoir, non pas à Andry Rajoelina mais à une transition selon les provisions de la Constitution. L’article 52 stipule qu’en cas de démission du Président « les fonctions de Chef de l’Etat sont provisoirement exercées, jusqu’à l’entrée en fonction du Président élu ou jusqu’à la levée de l’empêchement temporaire, par le Président du Sénat ou, en cas de vacance de poste ou d’incapacité du Président du Sénat constatée par la Haute Cour Constitutionnelle, par le Gouvernement collégialement

 

D’autre part, les négociations portent sur l’après Ravalomanana. On parle actuellement d’assises nationales où toutes les franges de la société (politiques de tous bords, acteurs sociaux…) sont invitées à discuter pour trouver les solutions à cette crise. Au-delà ou parmi les propositions de gouvernement d’ouverture, d’amendement de Constitution, d’élection anticipée, etc. je pense à quelques points.

 

Réformer la loi électorale. Longtemps décriée par l’opposition du jour, objet de promesse électorale, la réforme a toujours été renvoyée  aux calendes grecques par chaque nouveau dirigeant. Tout simplement parce que cette loi permet de séquestrer démocratiquement les suffrages. Les dernières législatives le prouvent. L’occasion se présente pour corriger cette faille.

 

Des élections plus justes permettraient à l’opposition d’accéder au parlement et de manifester leurs griefs  sans avoir à mobiliser les gens dans les rues. Le résultat de la présidentielle démontre que Ravalomanana « n’ » a été élu « que » par 60% de la population. Il est absurde de constater que les deux chambres sont occupées entièrement ou presque par le TIM.

 

Institutionnaliser le statut de l’opposition. Il faut arrêter de diaboliser l’opposition. Reconnaître et définir son rôle permet de créer un équilibre rassurant pour la vie politique.

 

Autant le pouvoir redoute d’être balayé par la moindre manifestation d’opposition, autant la population craint un président qui s’accroche à vie et à tout prix à son perchoir. L’alternance est aussi naturelle qu’inévitable.

 

Alors, ne pourrait-on pas envisager un système où le président ne peut briguer plus de deux mandats ? Cela rassure quant à ne pas devoir supporter un président et son régime, toute une vie. En adoptant une telle disposition, Ravalomanana (qui en est à son deuxième mandat) ne pourrait-il pas sauver et son poste, et sa face, et sa peau ? Une sortie honorable tant qu’à sortir. (Mais apparemment trop tard cependant).

 

Une telle démarche permet de sauver l’Etat de droit. Car ce qui est tout aussi insupportable que les abus de Ravalomanana, est de voir faire et défaire un régime en déambulant dans les rues.

3 Responses to “Une proposition parmi d’autres”


  1. 1 Mia mars 18, 2009 à 10:11

    Bravo pour cet article ! Tu as une vision très intéressante sur la vie politique ! Je pense en effet qu’il faut changer l’image de la politique malgache …

    Souvent j’entends dire pour qu’il n’y a pas quelqu’un de bien qui prenne la tête de ce pays … J’ai envie de dire parce qu’ils ont peur de la politique et que surtout si tu suis vraiment les règles du jeu tu te fais en.. (restons poli) J’aimerais bien faire de la politique dans un sens, j’aimerais par exemple que Madagascar suive la voie de l’écologie vu qu’on n’est pas passé dans l’ère industrielle … Mais j’ai peur, peur de rentrer dans ce milieu, peur de perdre mes idéaux d’origine … Pourquoi ?

    Bref. L’opposition ne doit pas être juste contre le gouvernement. Elle doit structurer ses idées sinon elle n’arrivera pas à récupérer l’adhésion !

    après pour moi, le plus important est que les malgaches osent et puissent s’exprimer ! Car tant qu’on courbera le dos sans rien dire, on restera déçu de nos dirigeants et on attendra le prochain Messie comme toujours ! J’ai envie de dire qu’il faut arrêter d’attendre CELUI qui sauvera Madagascar ! Il n’y a que nous malgaches pour sauver Madagascar ENSEMBLE !

  2. 2 Niry avril 5, 2009 à 8:56

    Bravo POV pour cet article

  3. 3 pov avril 5, 2009 à 12:31

    Mais apparemment les choses se sont déroulées autrement…attendre et voir, donc.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Blog Stats

  • 82,049 hits
mars 2009
L M M J V S D
« Fév   Juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

%d blogueurs aiment cette page :