Archives de mars 2012

Raharaha 29 martsa 1947

Tonga indray ity ny fahatsiarovana ny « raharaha 29 martsa 1947 », ny petra-boninkazo sns. Mangataka fanazavàna na farafaharatsiny hevitra momba ny zava-nitranga ny tenanay satria toa teren-katelina fotsiny ity Tantara ity. Mbola maro ireo vavolombelona ary inoana fa misy ny rakitsoratra momba ny zava-nitranga.

Hatreto mantsy dia aravona na fintinina hoe tolon’ireo malagasy maty ho an’ny tanindrazana, fikomiana ho fanoherana ny mpanjanaka, ady ho an’ny fahaleovan-tena… sy fahatsiarovana ireo maty aman’alina (na aman’hetsiny. Aiza ny marina?) noripahan’ny mpanjanaka.

Misy anefa ny milaza (ary mahaliana ahy tokoa) fa « manipulation »-n’ny mpanjanaka ireny tabataba ireny ahafahany manamarina ny fampiasan-kery namotehana ny MDRM izay nanao tolona politika – tsy narahina herisetra (ary mifanaraka kokoa amin’ny toetra malagasy) toy ny nataon’i Gandhi – nefa nahery vaika tokoa manoloana ny Antenimiera frantsay.

Iza tokoa moa no nahazo tombony amin’ny fisian’ny sakoroka? Nihevitra tokoa ve ireo nikarakara ny fikomiana fa afaka ny handroaka ny mpanjanaka  amin’ny lefona? Ny vokatry ny tabataba manko dia ny famoretana ny MDRM (Ry Dr Raseta sy ny namany), ka naharava ny tolona politika efa nihanahazo laka. Raha fehezina io hevitra io dia hoe tsy tombontsoan’ireo nitolona hoa an’ny fahaleovan-tenan’i Madagasikara velively ny fikomiana mitampiadiana tao Moramanga sy ny faritra Atsinanana tamin’ny 1947 fa vao maika nanome vahana ny mpanjanaka. Ary azo heverina ho norafetin’izy ireo mihintsy aza.

Iza marina noho izany ireo mpamadika tanindrazana? Fantatra koa aloha fa malagasy ihany no anisan’ireo nanao hazalambo, nanagadra na namono ny malagasy hafa. Ekeko hoe sarotra ny valin’io fanontaniana io satria mbola maro amin’ireo nandray anjara no mbola velona, eo koa ireo taranaka,  ka samy hiaro ny fomba fijeriny sy ny tombontsoany na dia mila manafina ny marina aza izy ireo noho izany.

 

 

La France impliquée dans le coup d’état de 2009

Le quotidien Midi Madagasikara du vendredi 2 mars rebondit sur un article du journaliste Thomas Deltombe, paru dans le numéro de mars du Le Monde diplomatique, intitulé Les fantômes de Madagascar.

Ainsi, c’est d’ailleurs que l’on apprend un peu plus sur ce qui se trame dans les hauts lieux, à l’intérieur du pays. Le papier ne fait qu’ajouter au fort soupçon que la France n’est pas étrangère aux affaires internes malgaches. Il semble qu’elle exerce plus qu’un pouvoir d’influence.

L’ingérence de la France n’excuse pas la cupidité des élites malgaches, incapables de voir plus loin que leurs intérêts personnels. Un vilain défaut que l’ancienne puissance coloniale a su tirer parti depuis son arrivée sur la grande île, pendant le protectorat, durant la colonisation et après l’Indépendance. L’ouvrage Un complot colonial à Madagascar: l’affaire Rainandriamampandry (KARTHALA editions 1990) de Stephen Ellis donne une idée de la situation.

Il est vrai que la véritable solution à la crise proviendra d’abord des malgaches eux-mêmes. Quand les élites parviendront à surmonter les clivages, à comprendre que la prospérité de l’un ne se fera nécessairement pas au détriment de l’autre, et qu’un minimum de consensus est atteint sur le modèle de développement qui convient le mieux à la société malgache, alors seulement la nation pourra faire valoir ses exigences et négocier librement, sans complexe, avec les partenaires étrangers. Entre-temps, nos défauts leur profitent bien. A commencer par la France.


Blog Stats

  • 83,085 hits
mars 2012
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031