Posts Tagged 'Madagascar'

Bonne année 2014

Je me demande qui a enregistré la conversation…

Seuil de tolérance

Thumb up for peace

A voir le comportement du pouvoir de fait actuel, à Madagascar, je me demande jusqu’où la population pourra-t-elle supporter ce régime et ses déboires ? 

Ceci dit, la question qui me tarabuste est surtout : « qui est-ce qui pourra prendre les rênes et assurer une direction convenable, après cette lamentable parenthèse qu’est la Haute autorité de transition ? »

C’est parce que la réponse à cette question n’a pas été trouvée que la fameuse majorité silencieuse semble passive, sinon résignée, laissant le destin décider de ce qui devra advenir.

Et je reviens à un post que j’ai publié il y a plus d’un an de cela, sur la construction d’une véritable opposition. Non pas un ramassis d’opportunistes, excellant surtout et seulement dans sa capacité de nuisance.

Un mouvement (pour ne pas dire un parti) étoffé de gens qui ont une meilleure vision du pays et du peuple. Des gens persuadés que la réussite peut passer par d’autres chemins que ceux de la corruption et des affaires illicites – que l’on banalise par le terme « business ».

Des gens capables de transmettre cette vision au reste de la population. Des fédérateurs qui savent susciter des émules. Qui rappellent que le bien être des individus ne peut se réaliser au détriment de la société qu’ils forment. Et vice versa. Bref, des leader qui connaissent, puis agissent conséquemment.

Un tantinet idéaliste ? Au mieux romantique ? Pourtant, c’est ainsi que s’est bâtie la nation Américaine. Grâce à une poignée de gens visionnaires et prompts à agir.

Des gens de cette trempe, le pays en compte certainement (sanatria dia ho lany olomanga ny firenena.) Encore faut-il les dénicher, les rassembler. Dans leurs milieux respectifs, déjà, ils mènent plus ou moins discrètement leur combat.

En combinant leurs potentiels et leurs efforts, ils peuvent faire davantage. Et enfin offrir à ce pays le rêve de paix et de joie (hiadana sy ho finaritra) pour lequel nos grands parents ont combattu et sont morts, voilà déjà un demi-siècle.

Quand ce mouvement verra le jour, la population aura vite atteint son seuil de tolérance quant à la gabegie actuelle. Et ce régime ou ce qui pourrait être son prolongement tombera de lui-même. Ou avec un léger coup de…pouce.

N’importe quoi !

Roindefo à la rescousse


La confusion qui prévaut dans différents aspects de la vie – politique, économique et social – à Madagascar favorise toutes sortes d’idées et d’actions incongrues.

Ainsi, j’apprends par la presse que Monja Roindefo est allé en Thaïlande, pour trouver une solution à la crise (sic). A quel titre ? Il a été déchu de son statut de Premier ministre de la Haute autorité de transition, tout en n’ayant pas sa place au sein de la mouvance Madagasikara.

Et de quelle crise s’agit-il ? Si c’est celle – politique – dont il est l’un des responsables, quelle solution pourrait-il trouver en Thaïlande ? Que va-t-il y dénicher, que ni la Sadec, ni l’Union africaine, ni la communauté internationale n’ont pu formuler ?

Jamais n’a-t-on entendu parler de liens politiques spécifiques entre les deux pays. Encore moins lors de cette crise. Bangkok est surtout une destination d’affaires (entre autres pour les pierres précieuses), justifiant une ligne directe de Air Madagascar.

Aux autres les balivernes ! Il ne faut tout de même pas prendre les gens pour des imbéciles. Plus encore que le bois de rose, Madagascar est riche en langue de bois. Et il semble qu’il l’exporte tout aussi bien.

Il faut réagir

inaction

Ce qui est en train de se passer à Mada en ce moment est terrifiant. Il faudra bien réagir à un moment si l’on souhaite encore sauver ce qui reste de « droits » dans ce pays en déliquescence.

Les menaces, les intimidations , les passages à tabac  ne devraient pas être tolérés, notamment quand ils sont infligés par les autorités chargées de veiller au bien-être des citoyens. Le respect des droits humains les plus fondamentaux transcende la chose politique.

Au delà des clivages, des adversités, des appartenances , un minimum de respect des droits de l’homme devrait bien fédérer toutes les mouvances. Il  faudra bien que chacun retrouve le courage de mettre le holà à tout ça.

Je ne fais partie ni de ceux qui descendent dans les rues ni manifester pancarte dans la main sur les places de ceci celà. Mais je pense que la population – cette fameuse majorité silencieuse qui, je suppose, désapprouve également cette violence ambiante – devrait manifester dignement et courageusement son désaccord.

Comme il faut bien commencer quelque part, en attendant un véritable mouvement concerté et organisé, je propose des idées du genre port de brassard (noir?) en signe de protestation. (Je pense aux athlètes noirs qui ont porté des gants noirs lors des J.O. de Mexico en 1968, ou encore leur badge « Olympic project for human rights », contestant la ségrégation raciale.)

Je trouve que c’est un mode d’expression pacifique qui nous permet en même temps de vaquer à nos occupations quotidiennes, mais qui demande autant de courage que déambuler les rues à faire la grève.

Je réitère que ce mouvement ne se veut contestataire d’un régime ou d’une mouvance. C’est tout simplement un acte citoyen requérant le respect d’un minimum de droits de l’homme.

Si l’on faille à protéger nos droits, qui d’autre le fera à notre place? Et quelle part de responsabilité la majorité silencieuse endorsera-t-elle face à la faillite de ce pays?

Les mots de l’écrivain irlandais Edmond Burke me hantent l’esprit: « la seule condition au triomphe du mal, c’est l’inaction des gens de bien ». Ne laissons pas le mal triompher.

Brutalisée pour possession de billes

fisa

La sénatrice Naïka Eliane a été brutalement arrêtée par des éléments de la Fis (Force d’intervention spéciale), tandis que l’hôtel où elle se trouvait a été perquisitionné.

Bilan: un hôtel saccagé, un ordinateur portable escamoté et deux armes dangeureuses trouvées. Il s’agit de deux lance-pierres ainsi que quelques billes. La sénatrice a été placée en garde à vue.

Le colonel Richard Ravalomanana qui commande la gendarmerie à Analamanga explique. Ainsi, selon l’officier, la sénatice aurait pu être libérée plus tôt si elle a dévoilé à qui appartient les billes et les lance-pierres. (Est-ce à dire que c’est le motif de cette arrestation musclée d’une dame, outre le fait que les soldats cherchaient à capturer des membres de la mouvance Ravalomanana?) 

Eh, les enfants! Cachez vos lance-pierres et vos billes. Ce n’est pas le moment de jouer. La Fis ne s’amuse pas.

Terreur à Mada

 

fisb

L’Algérie s’en est débarassé, Madagascar l’a ressuscitée. La Fis (Force d’intervention spéciale) malgache a de commun au Fis (Front islamique du salut) algérien, outre le nom, la propention à la terreur.

Quel est exactement le mandat de cette entité? Ils débarquent dans le salon Vip de l’aéroport pour arrêter Manandafy car celui-ci, selon les soldats, a traité les militaires malgaches d’incapables. Eh ben, c’est grave si l’on risque d’être arrêté pour avoir raison.

Un quotidien malgache rapporte que la Fis a également passé à tabac des policiers de Mahamasina.

Enfin, au vu de tous, ils ont brutalisé un sénateur, une femme de surcroît. Pour ses (ces) bons et loyaux services envers la Hat (Haute autorité de transition), le commandant Charles qui est à la tête (je ne dirais pas pensante) de cette entité est promu lieutenant-colonel. Vive l’armée malgache, vive la Hat.

Le nouvel homme fort

victoire


Blog Stats

  • 83,346 hits
juillet 2017
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31